Site littérature jeunesse de lille 3

PIF LE CHIEN à Aurélie

Une vraie vie de chien !
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Bonjour à toutes et à tous,

    J’ai décidé de vous faire partager ma vie, de ma naissance à aujourd’hui. J’avais d’abord pensé à faire publier mon journal intime ou plutôt mes journaux car ma vie ne tient pas dans un seul cahier. Eh oui, moi aussi j’écris un journal intime même si cela peut vous étonner ! Puis, j’ai décidé d’écrire mon autobiographie où vous apprendrez tout de moi. Alors, si cela vous intéresse (je vous rassure, ma vie est très passionnante), prenez un peu de votre temps, installez-vous dans votre canapé et passez un agréable moment en ma compagnie.

    Pour, celles et ceux qui ne me connaissent pas encore, je m’appelle Pif et je suis un chien mais attention, je suis loin d’être un chien ordinaire...

    A tous mes fans,

    Pif

    PIF LE CHIEN

    UNE VRAIE VIE DE CHIEN ! par Pif

    MES DESSINATEURS

    Je suis né sous la plume de José Cabrero Arnal. Depuis son plus jeune âge, José Cabrero Arnal était un passionné de dessin. C’était un dessinateur de Bandes Dessinées, né le 7 septembre 1909 à Barcelone et mort le 7 septembre 1982 à Antibes, en France. Il crée, en 1935, pour le magazine de BD TBO, le chien Top, mon père.

    Franco prenant le pouvoir en Espagne, combattant des milices républicaines, José Cabrero Arnal doit alors se réfugier en France en 1938. Il est alors capturé et déporté par les nazis à Mathausen. Il émigre en France, entre deux-guerres, et il a beaucoup de difficultés pour aller jusqu’à Paris en 1945. Cette même année, le journal L’Humanité a besoin d’une petite bande dessinée comique et quotidienne. Ceci donne alors à Arnal l’occasion de me dessiner. J’apparais pour la première fois le 28 mars 1945. Mon père créateur est alors un dessinateur confirmé et il s’exerce sur des travaux de genres différents de la BD, comme la publicité. Je suis ensuite adopté par d’autres personnes :

    -   Roger Mas qui, avant de m’adopter, était sapeur pompier à Paris mais avant tout un auteur de gags de génie. Après Arnal, il reprit la série de L’Humanité et dessina plus de 11000 bandes de mes aventures.

    -   Louis Cance, originaire des Antilles, était déjà un illustrateur confirmé quand il décida de continuer l’écriture de mes aventures, en 1967. Jusque là, il travaillait dans la presse enfantine sur des aventures réalistes ! Il commença d’abord avec Placid et Muzo puis il repassa à l’encre les dessins d’Arnal pour enfin dessiner ses propres histoires.

    -   Yannick. En mars 1969, le journal Vaillant devint Pif-Gadget. Le 1er avril de cette année, un photographe de cinéma décide de devenir mon dessinateur. Il créa des histoires très modernes et très dynamiques. Rejoint dans son travail par Michel Motti, ils feront ensemble d’innombrables histoires, dessins, farces et scenarii jusqu’en 1976. Puis il s’arrêta de me dessiner pour donner la vedette à Hercule, ce maudit matou !

    -   François Dimberton et François Corteggiani. Ils forment une nouvelle équipe pour représenter mes aventures en compagnie d’Hercule (Eh oui ! Le même qu’au dessus !). Nous serons alors emportés dans une série d’aventures plus fantastiques et même plus policières !

    -   Michel Motti qui fut tout d’abord professeur de dessin dans des établissements secondaires et passa très vite à la Bande Dessinée. Il créa, pour le Journal de Spirou, Nicolas et Nicolette ainsi que les aventures du petit Roy. Il arriva, en 1969, au journal Vaillant pour aider Yannick à dessiner plus vite, nos aventures devenant de plus en plus palpitantes et pour vous les faire partager le plus rapidement possible, bien sûr.

    Il y aura également Francisco Bargada, Giorgo Cavazzano, Patrick Crocci.

    UN PEU D’HISTOIRE... CE QU’IL S’EST PASSE LORS DE MA NAISSANCE

    La lutte des classes a traversé la presse enfantine. L’histoire et le destin du journal militant né après-guerre en sont le Symbole dessiné.

    De la Résistance au gadget 1942-1969, le journal pour enfants résume d’une manière saisissante l’évolution de la culture communiste française dont il fut l’un de fleurons. Né en 1945, Vaillant prenait la suite d’une feuille clandestine destinée à la jeunesse, Le Jeune Patriote. Cette filiation fondait une démarche. Le Jeune Patriote se voulait antidote de la propagande allemande et vichyste, exaltant les exploits des Alliés et des Maquisards, appelant les jeunes à lutter contre les réquisitions et à refuser de travailler pour l’occupant. Et de proposer des héros de référence, Bara et Viala, enfants soldats de la Révolution française, Gavroche, réincarné par le jeune martyr communiste Guy Moquet, fusillé par les nazis à l’âge de 17 ans.

    En juin 1945 paraît le premier numéro de Vaillant. On y trouve une bande dessinée d’André Liquois, FIFI, gars du maquis. On lira bientôt les aventures du colonel Fabien, engagé dans les Brigades internationales en Espagne puis dans la Résistance armée, avant d’intégrer les troupes régulières en 1944 au garde de colonel. Fabien apparaît, inspiré par un général de la Révolution. Cette double référence sera l’identité de Vaillant : la Résistance et la Révolution française. Vaillant est, d’abord, un journal militant. Il s’agit de former la jeunesse à l’esprit de la renaissance nationale. Quand la grande union de la Libération laisse place à la Guerre froide, la lutte des classes traverse la presse enfantine. L’enfance est un enjeu politique. Avant-guerre, le PC avait créé une organisation de scoutisme, Les Faucons rouges. Dans les années 50, l’Union des Vaillants et Vaillantes prend le relais. Il faut aérer les enfants des quartiers ouvriers et les arracher à l’idéologie forcément décadente de la bourgeoisie. Quand le journal connaît des difficultés, les jeunes lecteurs se font diffuseurs.

    Mais, très vite, Vaillant sera une référence pour la qualité de ses bandes dessinées. Les Pionniers de l’espérance devancent Youri Gagarine, ils se lancent dès 1946 à la conquête de l’espace. Il ne saurait être question de guerre des étoiles : leurs intentions sont pacifistes, ils répondent aux messages des peuples d’outre galaxie. Certes le réalisme socialiste n’est jamais bien loin, dans ces récits d’aventures, reprenant tous les thèmes classiques mais en valorisant toujours les défenseurs du peuple. Il s’en trouve partout et toujours.

    Je vous parle maintenant de l’histoire du journal qui m’a vu naître car je trouve qu’il peut être utile d’en savoir un peu plus...

    L’Humanité est un journal français fondé en 104 par le dirigeant socialiste Jean Jaurès.

    En 1920, lors du congrès de Tours de la SFIO, la majorité aux deux-tiers des délégués vote l’adhésion à l’Internationale Communiste, devenant ainsi SFIC (plus tard parti communiste), et fait de L’Humanité son organe officiel. Le quotidien fut interdit de parution en 1939 pour cause de soutien au pacte germano-soviétique et d’interdiction du parti communiste. Après l’Occupation de la France par les troupes allemandes en 1940, il parut clandestinement sous forme de tracts et joua un rôle important dans la Résistance.

    De nombreux journalistes de sa rédaction périrent dans sa lutte contre l’occupant nazi, comme Gabriel Péri, député de Seine-et-Oise, responsable de sa rubrique internationale, qui fut fusillé le 15 décembre 1941 au Mont Valérien. L’Humanité reparut librement à partir du 21 août 1944 à la suite de la Libération de Paris. Dans les années d’après-guerre, il tire à 500 000 exemplaires. Tout au long de son histoire, L’Humanité a soutenu les valeurs de son fondateur, Jean Jaurès, qui mettait la lutte pour la paix, la « communion avec le mouvement ouvrier » et l’indépendance face aux « groupes d’intérêt » au cœur de ses priorités. Il s’est en revanche éloigné de lui sur le réformisme : il choisit résolument le camp révolutionnaire et le Parti communiste français, contre le reste de la SFIO. Jaurès souhaitait, lui, en 1904, maintenir l’unité des socialistes au sein du journal. Jusque dans les années 1990, L’Humanité a soutenu toutes las campagnes menées par le Parti communiste. Le journal organise chaque année sa fête, La Fête de L’Humanité à La Courneuve.

    MES AVENTURES ET MON ÉVOLUTION

    Au début, je suis présenté par Arnal comme un petit chien très malin confronté aux problèmes contemporains : la faim et le logement. J’apparais pour la première fois dans le journal L’Humanité dans des gags de 3 ou 4 images (en noir et blanc, bien sûr, les couleurs n’existaient pas encore !) : je parle bien sûr - car je ne vous avais pas prévenu que je n’étais pas un chien ordinaire - je chante, je danse, je fais quelques bêtises mais rien de bien méchant car j’étais jeune à l’époque. Malheureusement pour moi, je prends également quelques fessées mais quel plaisir de pouvoir en rendre après ! Bref, j’étais un chien ans histoires à qui il arrivait pourtant de nombreuses aventures comiques.

    Chez Tonton et Tata

    J’ai d’abord vécu mes premières aventures dans une famille de classe populaire avec Tonton, Tata, Doudou et Hercule. La maison se trouvait à la campagne, isolée, mais je pouvais ma promener instantanément en ville et y faire un énième bêtise chez mon charcutier préféré. La neige tombait et je partais faire du ski avec Doudou ou j’allais à la plage, à la pêche aussi, cela m’amusait beaucoup. De plus, tout était prétexte à d’innombrables bêtises ! En plus, Hercule, que je qualifierais de chat brutal et taquin, voulait sans cesse s’emparer du bifteck que j’avais moi-même chapardé auparavant, mais Tonton et Tata étaient toujours là pour nous rappeler à l’ordre. Parfois Hercule avait le dessus, parfois c’était moi. Et il y avait doudou, bien sûr, qui était malgré son jeune âge un fin stratège : il pouvait soit s’allier à Hercule et moi-même ou nous monter l’un contre l’autre ou même nous trahir. Quel Doudou ce Doudou ! Excusez-moi, je n’ai pas pu m’empêcher ce jeu de mots, c’est plutôt drôle quand même ! Tonton et Tata, qui avaient eux-mêmes meurs propres conflits internes susceptibles d’encourager d’autres alliances, pouvaient me capturer ou capturer Hercule, nous perdre, tomber dans nos pièges (ce qui était le plus marrant de tout si toutefois on oublie notre raclée finale), éventer nos combines...

    Puis j’ai rencontré des nouvelles personnes (amis et ennemis malheureusement). J’ai eu également droit à ma propre voiture et à ma maison que je partage avec Hercule.

    Mon univers d’alors

    -   Mon compère Hercule : il est apparu en 1950, deux ans après moi. C’est, comme vous pouvez le voir, un chat noir, faquin, bagarreur, portant un pansement en croix sur le museau et un sourire affamé sur les babines. Il a toutes les caractéristiques du voyou sans scrupules. Son seul but dans la vie est de me tenter et de me piéger pour gagner ou perdre. Il devient au fil des années un ami fidèle avec qui je ferai toujours les quatre-cent coups. Nous avons une relation privilégiée qui nous fait souvent passer de l’amitié à la haine, d’une minute à l’autre.

    -   Les personnes chez qui je vivais : Tonton et Tata, qui s’énervent facilement et Doudou leur fils qui n’a qu’un cheveu sur la tête.

    Je parcours ensuite les quatre coins de la planète

    Lorsque je quitte la maison de Tata et de Tonton, mes aventures vont changer. En compagnie d’Hercule, je parcours les quatre coins de la planète et je vais même dans l’espace. Nous avons bourlingué à travers les mers, traversé les océans, sillonné des terres inconnues à travers l’Amérique, l’Asie, l’Afrique. Nous avons rencontré des tas de copains formidables. Nous sommes par exemple allés en Égypte à la recherche d’un mystérieux tombeau, dans le Grand Nord, chez les Indiens et nous avons même réussi à retourner dans le Moyen-Âge (ou j’ai peut-être rêvé !!). J’ai également pratiqué d’innombrables métiers : j’ai été musicien, chanteur, astronaute (eh oui, puisque je suis allé dans l’espace), alchimiste, coiffeur, tireur d’élite, cow boy, magicien, chercheur d’or, chasseur de prime, torero... Parfois sans grands résultats mais je me suis bien amusé (les bêtises, cela fait toujours rire). Avec Hercule nous avons essayé toutes sortes de sports : nous sommes allés aux Jeux Olympiques, nous avons fait de la course à pied, de l’équitation, du patinage, du cirque, du golf, du tennis... Mais ce que je préfère par-dessus tout c’est résoudre des enquêtes : nous sommes partis en mission secrète, à la recherche de trésors, pour tenter de résoudre des vols, des disparitions ou certains mystères... pour aider les gens du mieux que nous pouvions même si Hercule (ne le lui dites pas surtout) faisait souvent pire que mieux ou dormait et mangeait à longueur de journée. J’ai eu envie de découvrir d’autres choses et de vous les faire partager bien sûr. Eh oui, en grandissant, nos envies et nos besoins ne sont plus les mêmes !

    Mon nouvel ami : le professeur Belle Pomme, inventeur de talent, il a toujours de nouvelles inventions à nous présenter pour mettre fin à la faim dans le monde, à la guerre...

    Mes nouveaux ennemis : l’affreux Krapulax et son Gnôm qui veulent dominer le monde, puis les Krapumex et le professeur Moche Poire employé de Krapulax.

    QUELQUES EVENEMENTS ET SOUVENIRS MARQUANTS

    Vous vous souvenez de mon anniversaire dans le numéro 1000 de Pif Gadget

    (JPG)
    PIF n° 1000

    Que d’invités dans ce numéro 1000 !

    Astérix et Obélix, les Dalton, Boule et Bill, Léonard, Tintin, pour ne citer que les principaux, tous étaient venus souhaiter mon anniversaire. Une seule histoire en 15 pages où tous les héros du journal sont réunis dans la même Bande dessinée : Moi-même, Hercule, Rahan, Placid et Muzo, Radio Kids, Léonard, Dicentim, Smith et Wesson, Totoche, Léo... bref ils étaient tous réunis dans la même aventure pour fêter le numéro 1000 ! je vous invitais même à participer à un grand concours pour vous permettre de gagner 100 cadeaux : un téléviseur, un magnétoscope, un sound machine et 97 cadeaux surprises... mais également, pour vous remercier de votre attachement.

    « Cher Pif », la rubrique du courrier des lecteurs

    Quel plaisir cette rubrique ! Toutes les semaines des lecteurs m’envoyaient leurs impressions et quel régal de leur répondre ! Souvenez-vous, voici quelques extraits :

    « Cher Pif, cher Hercule, il y a des êtres humains cruels, mon frère a trouvé deux jeunes chiens abandonnés et il n’a pas pu résister : il les a ramenés à la maison. A tous les Pifos : n’abandonnez pas vos animaux ! » (Jean-Jacques Roland de Saint-Mer)

    « Bonjour Pif !je m’appelle Renaud Aubergine et tout le monde se moque de mon nom. Que faire ? » (Renaud Aubergine de Lesneven).

    Ma réponse : « A mon avis, il vaut mieux porter un nom original car plus tard les autres se souviendront de toi ! »

    Le Pif Super Club !

    Souvenez-vous de ce club ! Lorsque vous étiez abonnés à Pif , automatiquement vous étiez adhérents au Pif Super Club ! Toutes les semaines dans Pif des vignettes avec des points à collectionner et plus vous aviez de points, plus vous pouviez choisir de cadeaux dans le catalogue du club !

    Le dessin animé Pif et Hercule en 1980

    Un jour, alors que l’on se baladait tranquillement avec Hercule, profitant d’un bel après-midi de printemps, quelqu’un s’est approché de nous tout excité et il s’est écrié : « Non mais je rêve, pincez-moi s’il vous plaît ! », chose que je me suis empressé de faire bien sûr ! « Vous êtes Pif et Hercule ? »

    -   En poil et en os, très cher ! Que pouvons-nous faire pour vous aider ? répondis-je.

    -   Je vous adore, je trouve vos aventures extraordinaires ! Je me présente, je m’appelle Bruno Desraisses et je suis producteur. Est-ce que ça vous intéresserait d’adapter vos aventures à la télévision ?

    C’est ainsi que, de fil en aiguille, notre dessin animé a été créé. Ce n’a pas été trop difficile pour moi ! (ce n’était pas le cas pour Hercule, grognon comme il est !) car j’avais déjà tourné dans un film publicitaire pour le journal L’Humanité auparavant. Cela nous aura permis de vous faire découvrir de nouvelles aventures, d’être plus intimes et de vous aider à mieux identifier notre vie. De nombreux nouveaux personnages sont apparus dans le dessin animé.

    En note, les paroles du générique, très révélateur de ce qui se passe dans ce film d’animation.

    Production : Col Ima son

    Musique : Alexandre Desplat

    Bruiteurs : Bertrand Amiel - Cass Woyciechowski

    Nous avons tourné au total 130 épisodes pour la chaîne française TF1.

     [1]

    MES DIFFERENTES APPARITIONS DANS LA PRESSE

    Comme je vous le disais plus haut, mes aventures ont tout d’abord commencé dans le journal L’Humanité au milieu de l’année 1945. Puis L’Humanité devient Vaillant en décembre 1952.

    Vaillant est un journal français hebdomadaire de bandes dessinées fondé en janvier 1942 dans la clandestinité. Le Jeune Patriote prend le nom de Vaillant à la Libération. Pendant un quart de siècle, cet hebdomadaire révolutionnera la Bande dessinée française et mondiale. Et, c’est le 21 décembre 1952, dans la numéro 397, que je fais ma première apparition. Le Père Noël venait de me livrer (en couleur cette fois) et la couverture du journal montre ma première apparition. Le bandeau titre, à cette occasion, se met à mon effigie. Vaillant est ensuite devenu Vaillant le journal de Pif. A quelques jours près, le numéro 1038 de Vaillant ou plutôt Vaillant le journal de Pif, aurait pu passer pour un drôle de poisson d’avril. Ce numéro du début avril correspondait donc à un changement.

    Le numéro du 4 avril 1965 : une couverture inhabituelle, le titre Vaillant quatre fois plus petit que d’habitude et moi qui prenais toute la couverture. Ce journal reprenait mes aventures qui avaient été publiées dans L’Humanité.

    Puis, Vaillant le Journal de Pif est devenu Pif gadget, un magazine mensuel de Bandes Dessinées pour la jeunesse, créé en février 1969, dont la fréquence de parution était à l’origine hebdomadaire. Il a connu un énorme succès au début des années 1970, imprimé parfois à plus de 500 000 exemplaires. Bien sûr, il y avait beaucoup à lire et à voir et il n’y avait pas que moi dans ce journal : Hercule, Arthur, Placid et Muzo, Léo, Surplouf, Léonard, Totoche, Capitaine Apache, Gai-Luron, Rahan, La Jungle en folie et bien d’autres bandes dessinées fantastiques apparaissaient dans ce journal. Le magazine s’appelait à ses débuts Pif et son gadget surprise puis, quelques mois plus tard Pif gadget . Il se prénommait ainsi car j’en étais le principal héros avec des rubriques spéciales en dehors de mes aventures quotidiennes et aussi à cause du gadget offert dans chaque numéro, dont les célèbres Pifises (Artenia salina, un petit crustacé) et les Pifitos, les pois sauteurs vivants du Mexique. Toutefois, le journal commence son déclin et il est rebaptisé Le Nouveau Pif en 1982 et puis tout simplement Pif en 1986. A cause des pressions commerciales.

    MES DÉRIVÉS IMPRIMÉS

    Pif Poche

    Il est apparu dans un petit format, en 1962, d’abord trimestriel puis brièvement bimestriel avant de prendre sa parution hebdomadaire. Pif poche double de taille à partir du n° 289 (septembre 1989), la 2ème partie du poche étant une reprise des planches déjà éditées auparavant. Les derniers numéros étant pour la plus grande partie une copie intégrale de planche précédemment éditées. Pif Poche comptera près de 330 numéros, pendant près de 30 ans. On peut voir l’évolution conjointe des deux Poche... mêmes types d’écriture, de dessins, de formats... Pif Poche changera plusieurs fois de présentation.

    Pif Parade Comique (1ère série)

    C’est un trimestriel édité par les éditions Vaillant qui a connu 19 numéros de juin 1977 à janvier 1981 (de format 188x125, 262 pages, illustrations noir et blanc alternées avec couleur). Cette collection a été précédée d’un « numéro zéro » en fait un Pif Poche Comique Hors Série titré Pif part en vacances au même format, en juin 1977 qui proposait des histoires de Pif et Cie par Roger Mas et de Placid et Muzo par C. Arnal. En novembre 1979 paraissait un numéro de Pif Parade Comique HS, La Fabuleuse histoire de Pif au format 24x34 cm retraçant ma carrière ;

    Pui, Hit Parade Comique Poche, Il était une fois Pif de novembre 1980 regroupant mes aventures parues dans Vaillant du n° 418 de septembre 1954.

    Il y a eu également :

    Pif Parade Comique n° 0

    Pif Parade Comique n° 1, Attention École !

    Pif Parade Comique n° 2, Le Roi des pirates

    Pif Parade Comique n° 3, Mystères et boules de gomme

    Pif Parade Comique n° 4, sans titre

    Pif Parade Comique n° 5, sans titre

    Pif Parade Comique n° 6, Hercule mène l’enquête

    Pif Parade Comique n° 7, Pour une planète

    Pif Parade Comique n° 8, L’immonde du silence

    Pif Parade Comique n° 9, Veni vidi vinkings

    Pif Parade Comique n° 10, Labatoutobou

    Pif Parade Comique n° 11, Le secte de la pieuvre jaune

    Pif Parade Comique n° 12, Le trésor d’Ipleutoulpan

    Pif Parade Comique n° 13, Mission secrète

    Pif Parade Comique n° 14, Kiflekloun a disparu

    Pif Parade Comique n° 15, Pas de médaille d’or pour Krapulax

    Pif Parade Comique n° 16, Tu connais le coup du lapin ?

    Pif Parade Comique n° 17, Le roi des pigeons

    Pif Parade Comique n° 18, Chaud et froid !

    Plus tard entre 1987 et 1993, une deuxième série de Pif Parade Comique verra le jour avec 30 numéros. De plus, Pif Poche Géant n)1, n)2 et n°3 qui rassemblent les aventures parues dans Pif Parade Comique.

    La collection Pif Super Comique et Pif Super Comique Spécial.

    Au milieu de l’année 1980, les éditions Vaillant lancent une nouvelle publication qui regroupe nos aventures (avec Hercule, bien sûr) sous le titre de Hit Parade Comique Poche Spécial qui deviendra par la suite Pif Poche Spécial puis Pif Super Comique Spécial. Parallèlement au mois de juillet 1981, une autre publication est née sous le nom de Pif Super Comique.

    La collection Pif 100% Comique

    C’est à partir de 1976 que les éditions Vaillant ont lancé ce qui allait devenir une collection à part entière, Pif 100% Comique. Au départ il s’agissait de numéros spéciaux de saison de Pif Gadget sans gadget, puis progressivement avec un gadget, puis le format est resté, la numérotation s’est installée à partir du n°32. Il s’agit bien évidemment d’histoires reprises du journal Pif Gadget.

    Pif Parade Aventure n°1

    C’est un trimestriel édité par les éditions Vaillant qui a connu 12 numéros (dont un numéro 0) de juin 1977 à février 1980. Cette publication est principalement constituée d’épisodes parus dans Vaillant de 1954 à 1969.

    Les Guides du Tour de France (1ère partie 1977-1982)

    A l’occasion du centenaire du tour de France en 2003, j’en ai profité pour vous présenter les publications éditées traditionnellement à cette période de l’année par les éditions Vaillant. Elles étaient distribuées lors du passage de la caravane publicitaire. En effet, les Poche ont longtemps servi de cadeaux pour les éditions Vaillant au cours de cette manifestation sportive. La rédaction de ces guides étaient confiées aux rédactions des journaux de sport cycliste des éditions Vaillant : Miroir Sprint et Le Miroir du Cyclisme. Le premier guide apparaît à la fin juin 1977.

    Un album hors commerce : 30 ans de bandes dessinées aux éditions Vaillant

    Cet album hors commerce a été édité en tirage limité, destiné aux professionnels. Il a été imprimé à l’occasion d’une exposition sur le rétrospective des 30 années de Vaillant. Ce livre broché possède une couverture métallisée, de format à l’italienne (21x15 cm) et comprend 66 pages, parmi lesquelles de nombreuses illustrations, les textes aussi traduits en anglais et en italien.

    Un livre collector

    Le 24 février 1969, paraissait la numéro 1 de Pif Gadget. En quelques semaines, cet hebdomadaire de BD qui prenait le relais du mythique Vaillant allait atteindre des chiffres de vente jamais égalés, avec des moyennes de 500 000 exemplaires par semaine et des pointes à 1 million comme pour le fameux numéro Pifises ou celui des Pois sauteurs du Mexique.

    La BD Un K très particulier

    Tout récemment, le 2 novembre 2005 est paru, chef Pif éditions, une BD : Un K très particulier (au format 310x230 cm) où Hercule et moi nous rendons chez notre ami le professeur Belle Pomme qui a mis au point une machine à réaliser les rêves et bien sût Hercule ne peut s’empêcher de faire des bêtises... Mais, je ne vous en dirai pas plus !

    (GIF)
    Potes et travaux, 2006

    Potes et travaux

    Et, le 11 janvier 200-, le volume 2 est sorti : Potes et travaux avec quatre nouvelles aventures en couleur bien sûr. Je retourne dans mon ancienne maison, bonne à rénover, je répare ma voiture, je rencontre une citrouille géante et un assistant du Père Noël...

    MON ABSENCE

    J’ai quand même bien travaillé pendant ces nombreuses années. J’ai donc profité des problèmes de mon journal pour prendre un peu de repos. En effet, le dernier numéro de Pif Gadget est paru en 1993.

    MON RETOUR

    Après plusieurs années d’absence, je vous ai retrouvés en juillet 2004 toujours dans Pif Gadget pour de nouvelles aventures. J’ai pris le temps de me reposer et j’ai décidé de revenir car vous me manquiez trop. Vous avez donc trouvé un numéro double de 132 pages dans les kiosques le 1er juillet. Ce numéro estival vous a offert 132 pages pour 3,90 euros, format normal, 84 pages en couleur avec bien sûr son gadget. Le magazine connaît une seconde vie. Le premier cadeau est un ensemble pour élever des Pifises (Artemia Salina). Il inaugure une nouvelle série qui sera désormais mensuelle à partir de septembre 2004 dont le deuxième numéro offre de quoi créer des « œufs cubiques ».

    ÉMOTIONS EN 2006

    Une terrible annonce :

    Pif Gadget (DFP 2004-2005 : 126 560 exemplaires selon l’OJD) a été placé en redressement judiciaire le 19 avril 2006 par le tribunal de commerce de Bobigny après s’être déclaré en cessation de paiement, selon Presse News. Le magazine, qui s’était relancé en juillet 2004, bénéficie d’une période d’observation de six mois pouvant déboucher sur un plan de continuation ou une mise en liquidation.

    Des réactions

    -  Extrait de l’article de Pascale Santi publié le 8 juillet 2006 dans Le Monde :

    « Pif Gadget dans une situation délicate [...] La situation du mensuel Pif Gadget, lié au Parti communiste français, est incertaine. Sa société éditrice, Pif éditions, a été placée en redressement judiciaire le 19 avril par le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ( Le Monde du 17 mai 2006). Mi-octobre, à l’issue d’une période d’observation de six mois, le mensuel fera l’objet d’un plan de continuation ou sera mis en liquidation. Relancé en juillet 2004 après douze ans d’absence des kiosques Pif Gadget s’est vendu à 373 000 exemplaires pour le premier numéro. Les ventes ont ensuite baissé à 150 000 exemplaires pour se situer autour de 50 000 exemplaires aujourd’hui, selon des sources internes au journal. [...] A bien y penser, je crois que ce qui fut la clé de la réussite d’un hebdomadaire comme Pif Gadget [...] c’était la variété même de son contenu éditorial. Chacun d’entre nous avait été marqué par des séries différentes, mais tous nous gardions une petit place privilégiée à cette publication dans nos souvenirs d’enfance [...] »

    -   Sur bd.com : « Chers Amis de PIF, J’aime la bande dessinée et toute mon enfance j’attendais la jour quand mon père arrivera à la maison avec "mon PIF". Aujourd’hui je suis 46 et j’attends aussi que je retrouve Pif Gadget dans kiosques (en Roumanie). [...] On doit faire tout pour ne pas détruire une légende (Pif) et laisser les enfants et les nostalgiques sans rêver et sans leur revue de bandes dessinées. Cordialement, Paul Loanid (Roumanie) »

    La réponse de Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de PIF, sur actua.bd.com :

    « Bonjour, La société Pif Éditions (et non Press News, site qui a publié le premier l’information) est effectivement dans une situation de cessation de paiement et travaille à son redressement. Pour autant [...] Pif Gadget ne cesse pas sa parution. Le n° 23 sera dans les kiosques début juin comme l’a été le 22. Et le n°24 sera accompagné d’un gadget spectaculaire. Bien cordialement, Patrick Apel-Muller, Directeur de la rédaction de Pif Gadget. »

    Ouf !

    MA CÉLÉBRITÉ

    Eh oui, grâce à vous je suis le héros de nombreuses fêtes

    La Fête de l’Humanité 2003, 2004, 2005

    Vous étiez nombreux à avoir fait le déplacement pour assister à ces fêtes. Cette première confrontation avec vous avait été encourageante. En effet, le succès a dépassé mes espérances : plusieurs centaines de livres ont été vendus lors des trois jours, ce qui me conforte dans l’idée que Pif Gadget garde un énorme capital sympathie avec le public. Ces trois jours m’ont permis de rencontrer beaucoup d’amateurs, de nostalgiques. Cette fête fut aussi l’occasion de retrouvailles : trois rédacteurs en chef de Pif Gadget réunis ! : Michel Nicollini, Claude Bardavid et Richard Médioni qui ont chacun contribué à nous préparer chaque semaine un numéro de Pif Gadget. La Fête de L’Humanité n’est pas exclusivement réservée aux adultes. Les enfants disposent d’un espace qui leur est entièrement dédié. Un Pif géant et gonflable de 6 mètres de haut indique le chemin. Quinze associations, parmi lesquelles les pionniers de France, donnent rendez-vous pour deux jours de fête non stop où les enfants ont de quoi rire, s’amuser et s’émerveiller. Pif Gadget est un des piliers du stand enfance. Pour les collectionneurs mais surtout pour les enfants, mes papas et ceux d’hercule (Olivier Friquet et François Corteggiani) sont présents pour des séances de dédicaces sur des posters édités spécialement pour l’événement. Chaque jour durant une heure, mes papas et les enfants participent également à la réalisation d’une fresque géante pendant que les plus petits s’amusent à dessiner et colorier leurs héros préférés. Les fans peuvent non seulement découvrir les derniers numéros mais aussi exercer leurs talents de bricoleurs en montant les gadgets avec l’aide des animateurs des Pionniers de France. La plus grande fête populaire française met à l’ordre du jour l’Éducation à la citoyenneté des enfants et des jeunes : les animateurs des Pionniers ont attiré les visiteurs pour un grand jeu de société sur la Révolution française et animé un atelier sur les Droits des enfants en France et dans le monde. Objectif : apprendre tout en s’amusant.

    Le salon de Pif Gadget 2004

    Il a eu lieu à Clichy-sur-Seine, le 7 mars 2004, trente-cinq ans après la sortie du n°1 avec des expositions de dessinateurs et de séries, des stands tenus par des libraires spécialisé ainsi que par les « amis de Pif Gadget » avec animation autour des auteurs présents et une tombola permettant de gagner des lots exceptionnels.

    MA RENOMMÉE INTERNATIONALE

    Avec tous les voyages que j’ai déjà faits, je suis connu dans la monde entier...

    Pif Gadget en Espagne

    Nos amis espagnols ont aussi droit à mes aventures. La version espagnole de Pif gadget est apparue dès 1978. Les couvertures sont directement issues de la version française et traduites.

    Pif Gadget au Canada

    La Canada est un de ces rares pays où l’anglais et le français sont les deux langues officielles. Malgré la distance et le problème de décalage dû à l’acheminement du journal, la Canada n’a jamais été pris à la légère par la rédaction, surtout à partir de 1974 où la nouvelle équipe commerciale, récemment mise en place, développe durant l’été 1974 une série de Pif Gadget destinée à l’export, appelée la série des 1518 blancs.

    En Hongrie

    La première version se nomme Patjás magazin Pif. Le plus ancien numéro date de novembre 1978. Le mot hongrois « Patjás veut dire « copain » , « pote » en français, un nom de magazine bien sympathique pou Pif Gadget. En 1982 apparaît une nouvelle version qui se nomme Kockás. Ce mensuel est paru jusqu’à la fin 1991 ou début 1992. Cette publication comprenait aussi de temps en temps des numéros Hors série. Aucune de ces versions n’a connu de gadgets. Il ne s’agissait donc pas d’une copie à 100% de Pif Gadget.

    En Roumanie

    Alors qu’en décembre 1992 les éditions VMS (Vaillant Miroir Sprint) dépose pour la première fois le bilan en France, une tentative de relance du journal se retrouve en... Roumanie.

    Pif Surprize n°1 : ce numéro est paru en décembre 1196 et il contient 28 pages et est en roumain. Au sommaire il y a une de mes aventures écrite par un roumain, Jean Udrescu. Il y a encore 2 pages d’Achille Talon. Les autres BD sont des reprises mais je ne connais pas leur origine. Il y a aussi 4 pages de jeux.

    MES PRODUITS DÉRIVÉS

    J’ai également envie de vous parler de tous les produits dérivés qui sont à mon effigie et qui montrent ma popularité auprès de vous car, bien sûr, sans vous je ne serais rien. Je suis sûr qu’il y a chez vous un ou plusieurs objets me représentant, n’est-ce pas ? Eh, oui, durant toutes ces années, vous m’avez découvert dans :

    Les boîtes de jeux

    -   les boîtes Joy : ces boîtes éditées par Joy en 1976 sont, d’après ce que j’ai compris, les plus convoitées et les plus difficiles à trouver. Le boîte n° 1 regroupait 10 gadgets sur le thème « Pif roule et vole » et la boîte n° 4 les gadgets sur le thème « Pif fait du sport ».

    -   le jeu MB : voici une boîte de jeux fabriquée par MB en 1986. Ce jeu de plateau est une véritable partie de cache-cache entre Hercule et moi-même. Il a été créé pour les 4-7 ans et se joue à 2 ou 4 joueurs. La boîte contient un plateau de jeu illustré, une de mes figurine, 10 jetons « Hercule » et une poire qui est appelée « le miauleur ». Le but du jeu est de retrouver Hercule en déplaçant avec le dé ma figurine. Lorsque la figurine est positionnée dans un emplacement, si le joueur tombe sur le miauleur, un miaulement se fait entendre. Un jeton « Hercule » es alors gagné. Celui qui rassemble de jetons a gagné. Personnellement, je jouais moi aussi à ce jeu avec hercule, je le trouvais très divertissant.

    Les calendriers

    Même la poste me trouvait intéressant car elle a repris mon univers pour illustrer quelques calendriers. D’autres calendriers sont apparus comme gadget de Pif gadget ou en tant que Super Gadget. En 1980 apparaît le premier calendrier illustré avec Pifou, Pif et Hercule,

    Les cartes postales Pif Gadget (1969-1980)

    Je vous accompagnais également grâce à ces cartes postales. Les premières cartes postales à faire leur apparition dans l’hebdomadaire en tant que gadgets sont dans le n° 72 de juillet 1970. Elles étaient prédécoupées sur deux pages encartées. Vous pouviez ainsi donner des nouvelles à vos amis grâce à moi et je suis content d’avoir permis à certains d’entre vous de communiquer.

    Les disques

    Pif son premier disque et La chanson de Pif.

    Les magnets Pif

    Hercule et moi Pif, aimantés sur leur Poche respectif.

    Les porte-clefs Pif

    Les porte-clefs ont connu le même engouement que les pin’s et il est tout naturel que ce type d’objet ait été fabriqué en masse à partir des années 60. Certains ont fait l’objet de gadgets dans le journal Pif Gadget, d’autres en guise de cadeau d’abonnement ou de fidélité ou encore tout simplement vendus dans les magasins spécialisés. Le porte-clef « caisse jaune Pif », malgré son apparence ne constituait pas une pièce rare mais un objet de collection. Elle n’a malheureusement que de la valeur pour vous qui êtes mes fans.

    Les puzzles

    Personnellement je trouve que faire des puzzles est très divertissant mais il ne faut pas ressembler à Hercule qui est très impatient. Il fut également dire que vous deviez prendre un certain plaisir à rassembler les pièces qui nous mettaient en scène !

    Une assiette Pif et Hercule

    Les vêtements à mon effigie

    -   Bonnet de ski Pif 2000

    -   chaussures Pif (Aigle)

    -   Sac à dos Pif Super Club 1991

    J’espère que tout cela vous a plu. J’ai été ravi de poser pour ces différents objets afin de vous faire plaisir et de vous accompagner dans votre vie.

    VOTRE AMOUR !!!!

    J’ai également constaté l’autre jour quand j’étais sur Internet (eh oui, moi aussi je m’adapte aux nouvelles technologies !) que beaucoup de sites m’étaient consacrés et je tenais donc à remercier tous ces gens qui me permettent de vivre différemment.

    J’ai trouvé entre autres :

    -   http://pifethercule.free.fr

    -   http://193.251.82.94/pif-collection

    -   http://fr.wikipedia.org/wiki/Pif_le_chien

    -   http://www.geocities.com/pif_gadget_ro/indexfrench.html

    -   http://www.pif-collection.com

    -   http://www.linternaute.com/0redac_actu/0406_juin/10_pifgadget.shtml

    MAIS AUSSI DES CRITIQUES !!

    Cependant, malgré ce succès, je dois vous dire que c’est difficile de plaire à tout le monde car il faut dire que j’ai quand même été critiqué.

    Brigitte Bardot par exemple a exigé la libération immédiate des pois sauteurs. Ci dessous quelques extraits du journal L’Humanité :

    « [...] C’est au cri de "libérez nos camarades" que les pois chiches occupant la boîte crânienne de Brigitte Bardot et de quelques autres sympathisants d’extrême droite ont manifesté leur indignation ce matin, devant le siège de Pif Éditions, en Seine Saint Denis. "Vous voyez bien qu’elles souffrent ces pauvres petites bêtes ! Elles n’arrêtent pas de gesticuler en tous sens ! Il faut que ça cesse ! Nous voici revenus aux pires heures du goulag ! [...]

    "Pif Gadget, qui a pourri la cervelle de nos gosses pendant des années avec des bandes dessinées subversives où se prélassait un guerrier préhistorique partageux à demi nu, un va-nu-pieds qui égorgeait d’innocents félins avec un coutelas d’ivoire, recommence son travail de sape de la jeunesse française. Aujourd’hui, ce sont des pois sauteurs qu’on enferme dans des enclos en plastique à deux trous, mais demain, ce sera nous !", a poursuivi la pasionaria des grenouilles décérébrées. [...] La rédaction de Pif Gadget a préféré ne pas réagir directement à ces déclarations, se contentant de rappeler dans un bref communiqué "les pois sauteurs engagés pour cette opération l’ont été sur la base du volontariat, et seront rendus à la nature dès qu’ils auront achevé leur métamorphose en papillons."

    J’espère que cela vous a fait réagir mais pas autant que cette très chère Brigitte Bardot. Dans tous les cas, j’aimerais vous dire que je ne pense pas enseigner des choses stupides, je veux juste vous faire partager mes aventures, je n’ai aucune ambition didactique.

    VOILÀ !

    Voilà, j’ai dit tout ce que j’avais à dire. J’espère que vous avez passé un agréable moment en ma compagnie. Moi, j’ai été très content de partager ce moment avec vous en vous dévoilant toutes ces choses.

    A bientôt pour de nouvelles aventures dans PIF GADGET  !

    Révélations de Pif à Aurélie DURET

    L1 HSI

    UFR Langues et Culture Antiques

    Décembre 2006

    Voir aussi :

    http://jeunet.univ-lille3.fr/article.php3 ?id_article=640

    Notes de bas de page

    [1] Les paroles du générique du dessin animé Pif et Hercule en 1980

    Pif et Hercule

    Ont la formule

    Pour être des copains

    — 

    Dans une île aux trésors

    Ou sous un réverbère

    Ils soulèvent un nuage de poussière

    C’est bien délicat quand on est chien

    De supporter les chats

    — 

    Refrain :

    Pif et Hercule

    De drôles de rigolos

    Qui démantibulent

    Les fusées des pianos

    En tournant autour de la terre

    Pour mettre le monde à l’envers

    — 

    Pif et Hercule

    Ont la formule

    Pour partir vers de nouvelles aventures

    — 

    Aviateurs ou boxeurs

    Magiciens ou pompiers

    Ils font rien qu’à changer de métiers

    C’est pas facile

    Pour des globe-trotters

    De rester tranquille

    — 

    Refrain :

    Pif et Hercule

    De drôles de rigolos

    Qui démantibulent

    Les fusées des pianos

    En tournant autour de la terre

    Pour mettre le monde à l’envers
    — 

    Pif et Hercule

    Ont la formule

    Pour casser des trucs avec des bidules

    — 

    Refrain :

    Pif et Hercule

    De drôles de rigolos

    Qui démantibulent

    Les fusées des pianos

    En tournant autour de la terre

    Pour mettre le monde à l’envers

    — 

    Pif et Hercule

    Ont la formule

    Pour casser des trucs avec des bidules

    — 

    Mijotant tout le temps

    Des centaines de plans

    Ils finissent par se voler dans les dents

    Mais quand vient le soir

    Ils dansent le mambo le long des trottoirs

    — 

    Refrain :

    Pif et Hercule

    De drôles de rigolos

    Qui démantibulent

    Les fusées des pianos

    En tournant autour de la terre

    Pour mettre le monde à l’envers

    — 

    Pif et Hercule

    Ont la formule

    Pour partir vers de nouvelles aventures

    Pif !

    —