Site littérature jeunesse de lille 3

Mémoires d’une sale gosse, de Cédric Erard

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Ca commence sur les chapeaux de roue..., ça s’essouffle et puis la fin nous reprend. Nous lisons le journal de colère de Jeanne, une adolescente en classe de 4ème, une peste, une chieuse, une sale gosse, une rebelle. Elle a la rage contre le conformisme et les bonnes intentions éducatives de ses parents, contre le côté carcéral de l’école, contre tout en fait. Un jour elle décide de remonter aux origines de sa colère pour essayer d’en comprendre les raisons, pour se l’expliquer, peut-être même la justifier. Pour en sortir, enfin, grandie, calmée.

    (GIF)

    C’est tout à fait jubilatoire, au début, cette langue verte, ce ton vindicatif, cette gamine qui met les adultes face à leurs tabous, leurs secrets de polichinelle et leurs propres contradictions. Un ton et un regard qui m’ont rappelé le truculent Kiffe kiffe demain de Faïza Guène. Mais peu à peu il y a un petit quelque chose qui ne sonne plus très juste et qui nous fait perdre un peu le fil, notamment avec un épisode dont on ne sait pas très bien s’il s’agit d’un élément fantastique qui surgit dans le récit de Jeanne ou d’une fantasmagorie d’enfants qui parleraient à des êtres imaginaires (mais peut-être quelque chose m’a-t-il échappé ?). Enfin, on revient à la « réalité vraie » de Jeanne, dont le bruit et la fureur s’apaiseront dans la découverte du premier amour. Comme, somme toute, beaucoup d’ados rebelles.

    Malgré ce petit essoufflement, il faut saluer le talent de l’auteur qui épingle avec justesse les travers et maniaqueries des parents et enseignants, ce qui nous laisse le sourire aux lèvres (presque) tout au long du livre. Mémoires d’une sale gosse a tout pour plaire aux adolescentes rebelles qui ont, comme Jeanne, envie de pousser leur coup de gueule et d’exprimer leur colère face à un monde d’adultes hypocrites. Et saluons enfin l’Ecole des loisirs qui a très bien réussi la couverture !

    Un livre à découvrir, à partir de 14 ans.

    par Marine Dormion (04/2005)

    Avis d’un autre lecteur

    J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman ! Ca pourrait s’appeler le journal d’une chieuse, c’est drôle, c’est bien vu et on s’y retrouve. Le ton employé donne du rythme et de l’énergie à ce roman et personnellement j’ai été triste qu’il se termine. Et puis j’ai beaucoup aimé l’évolution du personnage. Elle grandit et devient plus mûre et c’est vraiment bien fait parce que rien de particulier ne change, et pourtant le personnage est changé. Je suis d’accord avec Marine, ce roman donne le sourire aux lèvres et c’est bien agréable !

    par Marianne T’jampens

    Erard, Cédric. Mémoires d’un sale gosse. Ecole des loisirs, 2004. (Médium). 123 p. ISBN 2211076068