Site littérature jeunesse de lille 3

La FANTASY en littérature jeunesse : étude comparative de trois ouvrages

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    EDDINGS, David. Le pion blanc des présages : le chant 1 de la Belgariade. Paris : France Loisirs, 1990. 444 p. : couv. ill. en coul. 18 x 11cm.

    ISBN 2-7441-7085-2

    (JPG)

    Présentation

    Dans Les chants de la belgariade, œuvre d’ailleurs qui convient mieux à un public plus âgé, c’est à dire les élèves de 4e ou de 3e, on retrouve tout ce qui fait d’un roman qu’on le nomme fantasy : l’époque moyenâgeuse, des personnages qui ont parfois le don de magie, des combats et un enjeu énorme. De plus, une histoire qui se déroule sur un nombre très conséquent de volumes, car ces histoires sont souvent très riches et très fournies. Les détails sur l’environnement et le monde créé abondent. Un véritable univers est mis en place, ce qui conduit à une crédibilité de l’histoire, "on s’y croirait".

    L’histoire

    Les dieux créèrent l’homme et chacun choisit son dieu, mais Torak un dieu jaloux vola l’orbe d’Aldur, joyau vivant faconné par l’ainé des dieux et ce fut la guerre. En ce moment, Torak dort d’un sommeil qui semble éternel mais il va se réveiller sous peu, et l’orbe disparaît, volé. Si Torak le possède, alors il établira son empire sur tout.. L’héritier de l’orbe, Garion, entraîné par les serviteurs d’Aldur, Polgara et Belgarath, vont aller à la poursuite de l’orbe afin de sauver le monde, mais le danger approche, Torak est sur le point de se réveiller...

    ARLESTON, Christophe, TARQUIN, Didier ill. Lanfeust de Troy : T1, L’ivoire du Magohamoth. Paris : Soleil production, 1994. 48 p. : couv. ill. en coul., ill. en coul. 22,50 x 19,5 cm.

    ISBN 2-8776-4257-7

    " class="spip_out">(JPG)

    Présentation

    Lanfeust de Troy est une BD de fantasy dans son sens le plus général, un univers moyenâgeux, de la magie, un autre monde. Lanfeust lui aussi est à réserver à un public plus mature certains personnages féminins étant peu vétues. A conseiller à des adolescents de quinze ans et plus.

    L’histoire

    Lanfeust est un garçon comme les autres et possède un pouvoir, le sien est de faire chauffer le métal, mais un jour, il trouve un objet qui le rend capable de faire toutes les sortes de magie, ce qui est normalement impossible. A partir de ce moment, des aventures les plus folles et les plus dangereuses vont se succéder dont un combat contre un ennemi doté lui aussi du pouvoir infini de magie.

    HILLMAN, Elizabeth, WALLNER, John ill. Min-yo et le dragon de la lune. Paris. Editions Françoise Deflandre, 1993. 34 p. : couv. ill. en coul., ill. en coul. 20,50 x 24,50 cm.

    ISBN 2-84083-016-7

    (JPG)

    Présentation

    L’album de fantasy. L’histoire prend place dans un univers sensé être le nôtre, on peut mettre en lien l’univers du roi Arthur, qui lui aussi prend place dans notre monde. Cet univers regorge de créatures et de personnages de la fantasy tels dragon, sorciers...

    L’histoire

    En chine, la lune se rapproche de plus en plus de la Terre, les magiciens, sorciers et sages cherchent une solution mais personne n’en trouve pour endiguer le problème. Un sage un jour, vient et leur dit qu’un escalier en toile d’araignée leur permettra de monter jusqu’à la lune et de demander de l’aide aux dragons de la lune. On recherche donc quelqu’un de léger pour y monter et on trouve une petite fille qui accepte. Celle ci monte et parle au dragon, ensemble, ils trouvent un moyen de remettre la lune à sa place.

    LE THEME DE L’APPRENTISSAGE

    La fantasy dans les trois ouvrages cités se voit comme un apprentissage : le héros Garion est entraîné par ses "oncles" Polgara et Belgariade dans le cycle de la Belgariade. C’est une évolution des personnages en particulier du héros, lui qui est jeune dans les 12 à 13 ans au début de l’histoire. C’est un point récurrent dans chaque ouvrage, le héros est jeune, naïf.

    Dans la Belgariade, il y a une vraie dimension d’initiation de Garion au monde qui l’entoure ou le danger est présent mais il est toujours possible de s’extirper de ces situations en particulier en faisant usage de son intelligence. C’est presque pourrait on dire une leçon de vie car dans ce roman, les relations avec les adultes sont mis en présence, c’est donc bien plus qu’une simple histoire de "barbare". Le lecteur y découvre un moyen d’évasion et d’imagination que peu de genres sont à même de fournir. On retrouve une forte similitude dans la BD. Lanfeust découvre le monde et mûrit, il réalise un parcours initiatique et découvre le monde, tout cela en lien avec une quête qui elle aussi va décider de l’avenir de la planète. Il y a une évolution du personnage. Dans l’album, l’héroïne va braver tout comme Garion et Lanfeust des dangers pour sauver le monde. On peut voir qu’elle aussi ressort grandie de cette expérience tout comme les deux protagonistes cités ci dessus. Une des grandes différences présentes dans cet album est l’absence véritable d’adversaire, un danger, oui, mais un adversaire, non.

    LE THEME DE L’UNIVERS

    Dans les œuvres analysées nous pouvons remarquer qu’il y a une histoire, une géographie crédible, un monde dans lequel s’effectue l’histoire. Des différences demeurent entre les œuvres, alors que dans la Belgariade le monde est très explicité, décrit longuement, en raison aussi de la nature de l’ouvrage, celui ci étant un roman alors que dans Lanfeust et Min-yo et le dragon, un univers est créé mais on reste loin de la profondeur que permet de réaliser le roman. Cependant, l’aspect visuel permet lui de rentrer plus facilement dans l’histoire et donc dans l’œuvre. Dans la Belgariade, les personnages féminins sont beaux mais restent dans le possible : la femme de Garion est certes belle mais assez petite et n’a pas de poitrine extravagante, comme il est parfois coutume. L’album suit le même chemin avec des personnages crédibles, réalistes, notamment par le trait qui rend de façon perceptible la culture en présence, on reconnaît aisément le caractère asiatique des personnages mis en présence. Justement une des différences notable entre eux et la BD reste les personnages, qui sont très beaux en particulier les femmes dans la BD avec comme on le sait un corps très bien proportionné, les personnages sont très détaillés et réalistes physiologiquement. On reste moins dans le réalisme par les démonstrations surhumaines de pouvoir du meilleur effet.

    LE THEME DE LA MAGIE

    Ici, on a une approche différente de la magie pour chaque volume. Dans la Belgariade, la magie est représentée de manière qu’on peut dire réaliste puisqu’on est loin des exploits sans difficulté de Harry Potter ou de Lanfeust. Par exemple, lors du combat entre Belgarath et Ctuchik Ici, la magie est fatigante. Pour effectuer une transformation, la personne doit se représenter fidèlement l’image de celle ci dans son esprit, par exemple celle d’un loup. D’ailleurs la magie fonctionne par le Vouloir et le Verbe, il faut se concentrer et énoncer ce que l’on souhaite faire. De plus, cette magie n’est pas toute puissante, par exemple Polgara n’arrive pas à sauver sa sœur de la mort malgré ses efforts pour la guérir. La magie est traitée différemment dans la BD Lanfeust de Troy, qui y est vue comme gigantesque avec des effets sublimes de couleurs et une force de destruction époustouflante. Lanfeust peut utiliser très régulièrement son pouvoir de faire fondre l’acier ou plutôt de le chauffer. D’ailleurs, pourvue des pleins pouvoirs vers la fin de la BD, il est tout puissant, pouvant dominer à lui seul toute la planète.

    La magie possède ici un attrait très important avec l’effet visuel, on peut se représenter de manière plus aisée les exploits qu’elle permet de réaliser. Dans l’album le thème de la magie est peu représenté si ce n’est par la mention de l’existence de sorciers et magiciens mais qui sont incapables de ralentir ou de stopper la chute de la lune, on ne peut donc pas connaître l’étendue de leur magie. On peut tout de même noter que la création des étoiles semble être le fruit de la magie et que le dessin permet plus facilement d’apprécier de tels effets.

    Ces trois ouvrages traitent donc de façon différente la fantasy. Les chants de la Belgariade et Lanfeust conservent de plus grandes similitudes avec la fantasy tel qu’elle est perçue, mais l’album Min-yo et le dragon de la lune propose justement une différence par la culture chinoise, par les créatures qui apportent de l’intérêt..

    Lanfeust peut être vu comme une aventure très grandiloquente, captivante mais qui amène surtout au spectacle alors que David Eddings reste dans un style plus réaliste qui vise à rendre son univers crédible malgré les anormalités. Ce sont ici deux styles différents, proches par certains côtés mais aussi éloignés dans d’autres. Les différences entre l’album et les deux livres se comprennent par le public et l’âge de celui ci. C’est une version plus "gentille" pourrait on dire de la fantasy adaptée à un public jeune.

    Guillaume WILLEMS

    Deust 2 Métier des bibliothèques et de la documentation

    UFR IDIST

    Forum de l'article : 4 contribution(s) au forum

    La Fantasy en littérature jeunesse : étude comparative de trois ouvrages , Par : Marie, 21 novembre 2008
    Lanfeust de Troy un classique !! j’adore :)
    Retour au début des forums
    La Fantasy en littérature jeunesse : étude comparative de trois ouvrages , 6 février 2008
    ca alors il y a un deust metiers des bibliothèques et de la doc à lille ! moi je suis à rennes et je vais m’inspirer de ton étude guillaume, mici :)
    La Fantasy en littérature jeunesse : étude comparative de trois ouvrages , 6 février 2008
    Bonne chance à toi et bon courage !!
    La Fantasy en littérature jeunesse : étude comparative de trois ouvrages , 6 février 2008

    Message transmis à Guillaume et pour connaître la formation :

    http://idist.formation.univ-lille3.fr/ ?p=4

    Cordialement

    Retour au début des forums