Site littérature jeunesse de lille 3

Antonio de l’autre côté de la terre, de Malachy Doyle et Carll Cneut

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Antonio est en vacances chez sa grand-mère de l’autre côté de la terre. Tous deux s’amusent comme des fous, seulement voilà, plus le temps passe, plus Antonio rapetisse ! « Ta maman te manque, voilà le problème » lui dit alors sa grand-mère. « Il est temps que tu rentres chez toi ». Commence alors le voyage d’Antonio...

    (JPG)
    © Pastel, 2003.

    Réel voyage initiatique, Antonio de l’autre côté de la terre s’adresse à des enfants à partir de 3 ans et évoque la difficulté de grandir et d’être séparé de sa famille (ici de sa mère et sa grand-mère).

    Des formes, des mots et des couleurs

    Les dessins, à la fois réels et imaginatifs, accompagnent parfaitement l’enfant dans sa lecture. Ils reprennent le texte qui oscille entre éléments réalistes (Antonio est en vacances chez sa grand-mère) et idées plus farfelues (Antonio rapetisse).

    Les couleurs utilisées, dans les tons de pastel, propulsent l’enfant dans un univers agréable et familier, tandis que la trame de l’histoire est plus dramatique : les dessins semblent adoucir quelque peu l’histoire. On retrouve ici la griffe de l’illustrateur, Carll Cneut : ses personnages, et de manière générale l’ensemble de ses oeuvres, sont souvent très stylisés, tout en offrant au lecteur un univers de douceur, de calme et d’harmonie grâce à l’utilisation de pastels : ceci donne à son travail toute son originalité.

    Les mots donnent aussi une impression de flottement et de rêve : le lecteur est porté par l’histoire et évolue dans un univers onirique et surréaliste.

    Antonio chante constamment, lors de son périple, la même chansonnette : « En route vers ma maison, en route vers ma maman ! ». Cette répétition rythme le récit et adoucit la dureté de l’histoire : s’il est en effet difficile d’être loin de sa maman, le petit garçon reste plein d’entrain à l’idée de la retrouver.

    Pour qui ?

    Ce récit peut cependant sembler quelque peu prématuré pour un enfant de 3 ans. En effet, le sentiment d’abandon et de solitude est très présent tout au long de l’histoire (excepté au début et à la fin du récit où Antonio retrouve la douceur du cocon familial), et l’on peut s’interroger sur l’impact d’une telle histoire sur un enfant aussi jeune.

    La librairie Decitre conseille cet ouvrage pour des enfants de 3 à 6 ans, Electre pour les lecteurs débutants à partir de 6 ans, alors que l’école des loisirs ne le recommande qu’à des enfants de 7 à 9 ans ; il semble alors que seule la maturité de l’enfant soit à prendre en compte.

    La fin laisse le lecteur... sur sa faim !

    Sans pour autant révéler la fin de l’histoire, le lecteur ne peut s’empêcher de se demander ou l’emmène l’auteur : que signifie cette chute quelque peu abrupte, que se passe-t-il par la suite ? Y a-t-il eu un souci de traduction, manque-t-il une page à mon album ? S’agit-il d’une chute voulue pour l’auteur pour amener le lecteur à imaginer lui-même la suite du récit ?

    Le lecteur referme alors le livre sur un sentiment de manque qui rompt avec l’ambiance générale du livre ; le lecteur est laissé dans l’attente d’une réelle fin !

    Un livre à lire

    ... Mais avec ses parents. L’emploi de couleurs pastel et la relative joie qui se dégage des images contraste largement avec l’histoire et les thèmes évoqués.

    À lire ce livre avec un regard adulte, on ne peut s’empêcher d’y voir des éléments traumatisants : l’abandon, le long et périlleux voyage en solitaire de l’enfant... Cependant, un jeune lecteur a-t-il la même perception du livre ? Ressent-il les événements de la même manière qu’un adulte ? Cet album reste malgré tout emprunt de douceur et on peut également supposer que c’est là ce que retiendra l’enfant de cette histoire.

    Chloé PARISET, L3 ICD

    Post-scriptum

    DOYLE, Malachy, CNEUT Carll ill. Antonio de l’autre côté de la terre. Paris : Pastel, 2003. 23 p. : ill. en coul. ; 27 x 25cm. ISBN 2-211-07138-4 (relié) 13€

    Titre original : Antonio on the Other Side of the World, Getting Smaller.

    Mots clés : voyage, taille, chagrin, tristesse, mère, grand-mère, vacances.