Site littérature jeunesse de lille 3

Mes douces nuits au pied d’un arbre, par Anaïs

Parce qu’il y a parfois des livres chers à nos coeurs...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Parce qu’il y a parfois des livres chers à nos coeurs...

    (JPG)
    © Rouge et Or, 1989

    Imaginez un arbre, le plus vieux de la forêt. Autour de lui, une foule de petits animaux vivaient et racontaient des histoires. Le principe était simple : une histoire courte, centrée sur l’un ou l’autre des habitants du Grand Arbre, à raconter chaque soir au lit pour s’endormir.

    Sur un ton tendre et simple, le narrateur parlait à travers les différents animaux de ces petits défauts qu’ont souvent les gens et que les petits ne comprennent pas, avec juste ce qu’il fallait de malice et de douceur pour leur dire qu’après tout, ce n’est pas si grave d’avoir des défauts, du moment qu’on a un bon fond. (JPG)

    Et en plus les images étaient belles... Toutes en couleurs vives, peuplées de papillons, de montgolfières et d’animaux tout mignons, on aurait presque dit de l’aquarelle (peinture préférée des petits évidemment), elles ajoutaient au texte encore un peu de poésie et de fantaisie, un peu d’une naïveté qui se révèlait bienvenue.

    À l’origine, ce sont souvent les parents qui lisent aux enfants, mais comme ma mère n’était pas spécialement portée sur la lecture (je dirais même pas du tout), je lisais souvent seule, des contes la plupart du temps. Le goût du merveilleux m’est d’ailleurs toujours resté, vous n’imaginez pas combien de romans fantastiques et de fantasy j’ai sur mes étagères, sans compter ceux de la BU et autres bibliothèques publiques. Si ces histoires pour s’endormir m’ont autant marquée, alors qu’elles sont si éloignées des fées et des dragons, c’est probablement parce qu’elles parlent de tous ces petits détails qui font le bonheur.

    J’avais à peine quatre ans, un âge où les goûts se développent, la personnalité prend forme petit à petit, on construit sans le savoir les bases de toute notre vie. C’est le moment où l’on a besoin qu’on nous montre la voie à suivre, j’espère qu’il y aura toujours des livres comme celui-là pour nous aider.

    (JPG)

    © Anaïs, étudiante en L3 HSI

    Langues et Culture Antiques

    Post-scriptum

    MAGNI, Laura, ORECCHIA, Giulia ill. Histoires pour s’endormir : petites histoires autour du Grand Arbre. Paris : Rouge et Or, 1989. 190 p. : ill. en coul. ; 27 x 20 cm. ISBN 2-261-0299-4 (cartonné) 7,93 € Dès 3 ans

    Ce livre est maintenant épuisé mais d’autres Histoires pour s’endormir ont pris la relève pour faire rêver les petits enfants des années 2000...