Site littérature jeunesse de lille 3

Martine, la petite copine que j’aurais aimé avoir, par Francis Rohaert

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    Une petite fille élevée au grain...

    (JPG)
    © Casterman, 1966

    Martine, c’est la petite copine que j’aurais aimé avoir étant petit. Les petites filles de mon entourage étaient un peu pâlottes et elles avaient toutes des petites couettes ou des nattes un peu « gnangnan ». Martine était différente et je la trouvais tellement mignonne avec ses cheveux courts un peu à la garçonne et sa frimousse aux petites joues roses, toutes rondes.

    L’univers de Martine c’était le village et moi, j’habitais la ville... alors, j’aurais bien voulu m’évader pour aller vivre à la campagne avec cette petite fille toute fraîche, toute naturelle, « élevée au grain », au milieu des animaux. Rien que des choses simples de la vie dans un petit paradis...

    Des fois, pour les enfants, il y a des livres compliqués mais là, les histoires de Martine étaient simples, accessibles, je les comprenais, je pouvais m’identifier et je n’étais pas saturé. En plus, les dessins étaient vraiment jolis et me faisaient rêver même si déjà à l’époque j’aimais bien la mécanique et la technique... (une autre fois je vous parlerai de Pif Gadget !)

    Quand je suis tombé amoureux de Martine, je devais avoir 6 ou 7 ans. Elle a certainement influencé mes goûts pour un certain type de femme. J’ai toujours aimé les filles naturelles, sincères, pas compliquées, dégourdies... comme Martine qui trouvait toujours la solution quand elle avait un problème.

    Le titre qui me revient à l’esprit c’est Martine monte à cheval Chez moi, on n’achetait pas de livres et ce doit être un copain qui me l’avait prêté ou alors je l’avais emprunté à l’école ou à la bibliothèque.

    Je n’ai jamais compris cette polémique à propos de la petite culotte de Martine et il faudrait rappeler aux gens l’année de parution de ses aventures. Pour les petites filles, dans les années 50 et 60 c’était la mode des petites robes courtes avec des manches ballons et des nœuds. Voilà, c’est tout, c’était l’époque et nous, les enfants, on n’y faisait pas attention... Cette histoire de petite culotte c’est une affaire d’adultes qui ont l’esprit un peu « tordu ».

    © Francis, technicien informatique à Lille3, 2007

    Post-scriptum

    DELAHAYE, Gilbert, MARLIER, Marcel. Martine monte à cheval. Casterman, 1966. (Collection Farandole ; 9).

    Forum de l'article : 1 contribution(s) au forum

    Martine, la petite copine que j’aurais aimé avoir, par Francis Rohaert, 21 juillet 2007

    Francis, je suis comme toi un "megalo, jette moi la pierre si l’on est pas pareil,mais après tout on fout " donc je regarde si je suis toujours présent sur la ""toile"" terme qui nous viens me semble t-il des araignées. La je trouve , malgré un éloignement, pas forcement géographique...mon frère. Tu comprendras que moi même j’ai fait des enfants merveilleux Cassandra, Jérôme qui maintenant comme Martine fréquentent les canassons, cassy plus trot et jay plus trot et bourrain mecaniques Appelle moi quant tu peut ...

    Philippe

    Retour au début des forums