Site littérature jeunesse de lille 3

La presse d’actualité jeunesse

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    La presse d’actualité jeunesse

    par Armelle Boulas (Master SID, 2003)

    A l’heure actuelle, tout le monde prétend que nous sommes dans le monde de l’information. Est-ce le cas pour tout le monde ? En effet, le public de la jeunesse a-t-il réellement accès à l’information au sens d’actualité ?

    Il semble que oui compte tenu des différents titres de la presse d’actualité pour la jeunesse. Seulement, se posent les grandes questions de savoir quels sont les réels intérêts et buts d’une telle presse ; de quelle manière et par quels moyens y parvient-elle et surtout cette presse a t-elle réellement un avenir ?

    Cette étude reposera uniquement sur deux des nombreux titres de cette presse car dans la mesure où de nombreux titres ne sont distribués que par abonnement, il a été difficile de s’en procurer des exemplaires. Ces deux titres s’adressent à deux classes d’âge différentes sachant que depuis la seconde moitié du 20ème siècle, les journaux sont spécifiés à des classes d’âge précises (2-6ans ; 7-11ans ; 12-14 ans et 15-18ans). Ces classes d’âge peuvent être rapprochées des classes d’âge qui existent également dans le monde de la littérature.

    Est ce le seul point commun entre la littérature de jeunesse et la presse d’actualité pour la jeunesse ?

    I. Pourquoi une presse d’actualité jeunesse

    I.1 Histoire

    En France, la presse des jeunes au sens large naît au 18éme siècle avec, dés 1768, le Journal de l’éducation, qui est considéré comme le premier journal français pour les jeunes. Le fondateur n’hésite pas à citer Fénelon pour expliquer la mission de son journal : "C’est dans la jeunesse et même dans l’enfance qu’il faut jeter les fondements de l’homme futur." Il se dégage de cette citation une importante mission de formation du citoyen, les publications pour la jeunesse étant alors considérées comme un prolongement de l’école dans le domaine de l’éducation. Puis, durant de très nombreuses années, les publications pour la jeunesse remplissent la fonction de défense de l’ordre social, de la morale et de la religion.

    A partir de 1830, les problèmes d’actualité touchent aussi ce type de publications qui vont désormais largement accorder une place à la politique nationale et internationale. Puis, ils vont progressivement accorder une place de plus en plus importante à cette actualité avec notamment l’ajout de photographies pour illustrer les événements d’actualité et les reportages, dans la seconde moitié du 19ème siècle. Les guerres sont souvent l’occasion pour les journaux pour la jeunesse d’aborder clairement l’actualité. Ainsi, Jean Nohain aborde en 1933 dans Benjamin la crise qui menace la France avec l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Estimant que les enfants doivent recevoir les mêmes informations que leurs parents, il tient à leur conter, semaine après semaine, le déroulement de la vie politique en Allemagne pour les préparer à une éventuelle guerre.

    Il est important de noter qu’à cette époque, les journaux ne se contentent pas de simplement présenter l’actualité immédiate mais opèrent également de nombreux retours en arrière qui permettent aux enfants de mieux comprendre. Ainsi, il apparaît qu’au fur et à mesure de leur histoire, les journaux pour la jeunesse ont abordé l’actualité suite aux événements marquants de leur époque et ont manifesté un désir d’engagement contre ou pour les idéologies de l’époque.

    A l’heure actuelle, les journaux ont une mission légèrement différente mais ils ont surtout deux publics : les enfants et les parents.

    I.2 Enfants

    A l’heure actuelle, les journaux d’actualité pour la jeunesse existent dans la continuité des journaux précédents mais avec une mission qui a légèrement évolué. En effet, il n’est plus question pour les journaux d’aujourd’hui de se placer dans la continuité de l’école. La presse se situe plus comme un moyen d’appréhender le monde extérieur mais également un moyen d’intégrer celui-ci. La presse est donc surtout le moyen idéal pour les enfants de se préparer à la vie sociale et à la vie professionnelle à l’âge (7-14 ans ) où c’est une nécessité pour les enfants de comprendre le monde.

    Pour expliquer le mieux possible quels sont les buts de ces journaux nous citerons les propos de Christelle Ploquin, journaliste de France 3 pour le journal pour enfants A toi l’actu@ : " Notre but est d’informer les enfants. Ils vivent dans un monde où il est difficile d’éviter les informations(...) Nous pensons qu’ils ont besoin d’être informés pour mieux comprendre le monde ( ...) Et nous souhaitons apporter aux enfants une ouverture d’esprit. "

    Ce simple propos illustre parfaitement les rôles de cette presse d’actualité pour la jeunesse. Seulement, il ne faut pas négliger le fait que ces journaux s’adressent également, sans l’affirmer explicitement, aux adultes.

    I.3 Parents

    Certaines personnes s’interrogent sur la nécessité d’une presse d’actualité pour la jeunesse dans la mesure ou la presse d’actualité, de manière générale, est déjà particulièrement développée dans notre pays. Seulement, ce type de presse ne semble pas être conçu pour un public englobant les enfants dans la mesure, par exemple, où les faits sont uniquement présentés dans leur immédiateté sans aucune re-contextualisation nécessaire à la compréhension des enfants. De plus, les faits sont parfois montrés de manière trop violente pour des enfants. Le meilleur exemple est la manière où la presse a abordé les attentats du 11 septembre à New York. Il ne semble pas très évident pour des enfants de voir des personnes se jeter par la fenêtre. Ainsi, une presse d’actualité réservée à la jeunesse paraissait nécessaire.

    Compte tenu de ces différents éléments de comparaison avec la presse d’actualité " pour adultes ", nous pouvons évidemment présenter la presse d’actualité pour la jeunesse comme un moyen pour les parents de se décharger de certaines missions pas toujours évidentes. En effet, il n’est pas toujours facile pour des parents d’expliquer à leurs enfants une guerre et donc la mort, ni un problème de santé publique tel que le sida. Ainsi, les parents sont le premier public de ces journaux. Ce sont d’abord eux qui les achètent pour les enfants et qui les lisent rapidement pour en vérifier le contenu. Puis, le journal peut être donné à l’enfant qui le découvre seul, ou encore lu par l’enfant accompagné de ses parents. Cela peut permettre de déboucher sur une discussion entre les parents et l’enfant. Sur cette question, nous pouvons faire un rapide parallèle avec la littérature de jeunesse qui permet aux enfants à travers la fiction de se familiariser avec certains thèmes sociaux ou d’actualité.

    Ainsi, le journal d’actualité pour la jeunesse est un outil d’information et de communication. Qu’est ce qui caractérise un journal d’actualité pour la jeunesse ?

    II. Comment une presse d’actualité jeunesse

    II.1 Des informations restreintes et sélectionnées

    Par définition, un journal d’actualité destiné à la jeunesse se distingue d’un journal d’actualité pour adultes. En effet, tout d’abord, la première distinction se situe au niveau du nombre de pages. Un journal tel que Mon quotidien destiné aux 10-14 ans ne comporte que 8 pages, ce qui implique de restreindre et de sélectionner les informations. Ainsi, ces journaux développent régulièrement une information principale et quelques informations secondaires, en sachant que l’information doit toujours être replacée dans son contexte géographique et historique afin que l’enfant ne rencontre pas de difficultés à se situer. Toujours selon Christelle Ploquin, la journaliste de France 3, " il vaut mieux n’avoir qu’une information bien comprise que dix non maîtrisées. Si l’enfant a tout compris à la fin du journal, le défi est gagné ". Ainsi, le but de ces journaux est explicitement de faire comprendre aux enfants certains éléments de l’actualité mais aucunement l’ensemble de l’actualité.

    Il est important de préciser que les responsables de ces journaux font fréquemment le choix de traiter les sujets importants de façon décalée par rapport aux événements. Ainsi, un fait marquant ne sera pas toujours traité dans les jours qui suivent. Il sera peut être dans un premier temps mentionné car il est important de prendre en considération que les enfants risquent d’entendre parler les adultes autour d’eux. Mais, l’ensemble de l’information ne sera réellement et correctement traitée que plus tard afin de permettre à l’enfant d’avoir du recul mais surtout parce que les responsables de journaux d’actualité pour la jeunesse savent par expérience que les enfants ne s’intéressent pas réellement aux faits dans l’immédiateté mais beaucoup plus tard. Ainsi, traiter un événement au moment où l’intérêt des enfants se porte sur celui ci facilite leur compréhension et favorise la lecture du journal. Nous pouvons préciser que dans ce but les journaux font régulièrement appel à des enfants afin de savoir ce qu’ils désirent voir traiter comme sujet et aussi parfois pour les interroger sur la manière de traiter un sujet car cela demande de respecter certaines contraintes imposées par le support informationnel et par le public cible.

    II.2 Syntaxe et mise en page

    Ecrire dans un journal d’actualité pour la jeunesse suppose de respecter certaines règles syntaxiques et de présentation très simples qui permettent à l’enfant " d’entrer " dans le journal et de comprendre son contenu. Tout d’abord, le journal doit plaire sur le plan visuel car il fait partie de ces produits qui chaque jour doivent conquérir son public. De plus, si on compare un journal avec un livre, l’achat d’un livre est un engagement unique alors que dans le cas du journal, de nombreux journaux ne se vendent que par abonnement et le journal doit donc plaire suffisamment pour amener le parent à s’engager pour plusieurs mois.

    Puis, dans un second temps, ce journal doit plaire aux parents et aux enfants par son contenu. Pour cela, les journalistes se doivent de respecter certaines règles de syntaxe notamment. En effet, ils ne doivent jamais oublier qu’ils écrivent pour faire comprendre à des enfants le monde dans lequel ils vivent. Ainsi, le journaliste doit privilégier les phrases simples et courtes qui permettent une meilleure compréhension. Ils doivent également respecter une certaine longueur pour l’ensemble de l’article, en sachant qu’ils doivent privilégier certains passages plus que d’autres. Les passages les plus importants d’un article sont en effet l’attaque et la chute. L’attaque (c’est-à-dire les premiers mots de l’article) se doit d’être la plus percutante et la plus brutale possible. Pour ce qui est de la chute, le journaliste doit quitter son lecteur sur une image forte aussi percutante que l’attaque mais avec un objectif différent : laisser des retentissements dans l’esprit de son lecteur.

    Ainsi, ces quelques règles syntaxiques toutes simples permettent aux enfants de comprendre et d’apprécier la presse d’actualité. Il est à noter que ces règles sont très proches des règles de base de la littérature, encore plus pour la littérature de jeunesse, comme par exemple, l’importance qu’il faut accorder à la situation initiale et à la situation finale dans un roman.

    La presse d’actualité pour la jeunesse est donc un genre particulier mais qui se rapproche tout de même fortement de la littérature de jeunesse en général. Seulement, la littérature de jeunesse est figée dans un support papier alors que la presse d’actualité pour la jeunesse peut s’appuyer sur d’autres formes de médias tels que la télévision ou Internet qui représentent peut-être son avenir.

    III. Avenir de la presse d’actualité jeunesse dans l’ensemble des médias

    Par habitude, le terme " presse " et encore plus " presse d’actualité " renvoie à l ‘idée de la presse écrite, seulement il existe d’autres formes de presse et l’ensemble de ces différents types de presse forme ce qu’il est de coutume d’appeler les médias. Quelle semble être la place de la presse d’actualité pour la jeunesse dans l’ensemble des différents médias susceptibles de pouvoir proposer le même type d’informations ? Selon une enquête CSA réalisée en 1999 pour le Clemi, le syndicat de la presse des jeunes et la presse quotidienne régionale, pour une même information présentée de manière différente, les jeunes de 12 à 18 ans font plus confiance à la télévision (51%), puis au journal (21%), à la radio (13%) et à Internet (11%). La place du journal écrit ne semble donc pas menacée mais que proposent réellement les autres supports ?

    A l’heure actuelle, sur les chaînes télévisuelles françaises de base, très peu de choses sont réellement proposées pour informer les enfants, sauf sur France 3 qui propose C’est pas Sorcier et depuis septembre 2000, A toi l’actu@ qui est présenté comme un JT pour les enfants. Il s’agit en fait d’un journal télévisé pour les 6-14 ans diffusé toute la semaine pendant 10 minutes. Ce journal est divisé en trois parties : une séquence de découverte qui aborde un thème par semaine décliné en différentes versions chaque jour ; " l’actualité pure " ; la partie " magazine "dans lequel l’équipe s’efforce de choisir un sujet qui intéresse les enfants.

    En France, ce concept est nouveau mais très intéressant dans la mesure où l’enfant perçoit d’autant plus facilement certaines réalités qu’elles sont diffusées dans une émission de télé. La télé permet de faire passer les informations par l’image et en même temps par le son. Ce type d’émission pose la contrainte importante de l’horaire. Il faut nécessairement être disponible à un moment précis et imposé pour regarder l’émission. Ainsi, même si la télé échappe à quelques contraintes de la presse écrite, elle en rencontre d’autres.

    Le support Internet semble connaître des contraintes moins importantes. Tout d’abord, il n’y a aucun délai à respecter, que ce soit pour l’enregistrement de l’émission ou pour le tirage papier qui nécessite un emploi du temps très strict. De plus, le nombre de pages ou le temps ne sont pas limités et les informations y sont consultables à tout moment de la journée. Ainsi, apparaissent certains journaux d’actualité pour la jeunesse qui n’ont qu’une existence virtuelle dans la mesure où ils ne sont diffusés que sur internet. Il est très probable que ce support va largement se répandre au dépend de la presse écrite principalement.

    Conclusion

    La presse d’actualité pour la jeunesse est un type de presse bien précis qui a une histoire fortement liée à l’histoire de la presse de manière générale mais surtout à l’histoire de la France. Ainsi, si cette presse a certains traits caractéristiques, il est important de se rappeler que tout évolue et que les quelques éléments d’étude proposés aujourd’hui seront très certainement obsolètes dans quelques années. Espérons qu’un étudiant aura alors le projet de souligner quels changements sont intervenus, leur rapport avec l’histoire du pays et les nouvelles caractéristiques de la presse d’actualité pour la jeunesse.

    Armelle Boulas, 2003

    Ouvrages critiques

    FOURMENT (A.), CORBEAU (J.-P.) : Histoire de la presse des jeunes et des journaux d’enfants : 1768-1988. Eole, Paris, 1988, 438 pages

    CLEMI : Apprendre avec la presse. Editions Ellipses, 1996

    BATON-HERVE (E.) : " Un JT pour enfants : " A toi l’actu@ " " ; Le journal des professionnels de l’enfance, N°17, mai-juin 2002, p. 25-26