Site littérature jeunesse de lille 3

Dépucelage littéraire, par Dimitri Desmots

Le Jour du Mange Poussin par Claude PONTI
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    L’enfance est la plus belle période de notre vie même si l’on ne sait apprécier à sa juste valeur ce mélange subtil de fantaisie et d’insouciance. Pourtant je pense qu’il nous en reste une part, bien enfouie là où la plupart des individus n’auraient aucune idée de chercher. Evasion littéraire ou fuite de l’imaginaire, les livres nous ont marqués et nous surprendront toujours.

    Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé lire. Lire tout et n’importe quoi, aussi bien une grande œuvre contemporaine que le dos d’une boite de céréales au petit déjeuner. C’est pourquoi encore aujourd’hui, je me surprends à ouvrir cette grosse commode. C’est un de ces meubles où s’entassent les souvenirs, une de ces antiquités familiales qui a déjà vu passer plusieurs générations de gamins et moi à mon tour j’y plonge souvent la main pour y repêcher la meilleure part de ma propre enfance : les livres.

    Dès que j’ai su lire, ma maman a eu la merveilleuse idée de m’abonner à l’École des loisirs. C’est à partir de ce moment précis que j’ai vraiment apprécié la lecture. Les grands albums colorés me fascinaient et les aventures trépidantes de ces petits héros de papier me faisaient trépigner d’impatience en attendant le prochain ouvrage. Mais mon meilleur souvenir appartient sans doute à monsieur PONTI. Un jour, je découvris ce petit ouvrage jaune dont la couverture présentait de petits poussins menacés par un horrible monstre : le Jour du Mange-poussin.

    (JPG)
    Le Jour du Mange poussin, L’Ecole des loisirs (13 janvier 1992)

    Avide de savoir ce qu’il pouvait bien arriver à ces pauvres créatures, je lus l’album. Ce fut pour moi une expérience qui ne s’est presque jamais reproduite. Les termes que j’utiliserais vont paraître sans doute exagérés et ne plairont pas à tout le monde mais au fond de moi je me plais à penser que ce livre fut pour moi comme un "dépucelage littéraire" tant l’intensité fut au rendez-vous. Tout y était : des textes malicieux, des dessins faramineux et burlesques et surtout un récit qui, à l’époque, m’avait "scotché" à l’œuvre.

    Le Jour du Mange-poussin, c’était l’histoire d’une bande de poussins. De petites créatures qui vivaient paisiblement en communauté dans "nos" livres et qui passaient le plus clair de leur temps à jouer et à rigoler. Pourtant un jour de carnaval, leur vie paisible fut bouleversée par l’arrivée d’un terrible prédateur : le mange poussin. Celui-ci dévorait petit à petit les pauvres bêtes qui étaient bien insignifiantes face à cette créature à forme de renard. Il mangeait et il mangeait et grossissait. On aurait alors pu penser qu’il allait exploser, mais non. Il restait encore trop de pages dans l’album pour que ce soit le cas. La bestiole continua de s’empiffrer jusqu’à l’arrivée d’un de ses congénères tout aussi affamé que lui. Il ne restait alors qu’une poignée de poussins pour lesquels les deux horreurs se livrèrent un duel de titan.

    Finalement, le premier mange poussin l’emporta après une lutte acharnée. Heureusement, celui-ci n’était autre que Blaise, le poussin masqué, qui avec l’aide de ses camarades avait fait une bien mauvaise blague à ses amis. Ouf ! L’histoire se terminait bien ! Alors que je refermais l’ouvrage, je me sentais frustré. Frustré de ne pouvoir renouveler l’expérience immédiatement avec un autre ouvrage mais pourtant je pensais à mille choses surtout au charismatique Blaise.

    Il était espiègle et ça me plaisait énormément. Mais l’image qu’il m’en reste encore aujourd’hui, c’est son masque, son masque qui marquait sa différence et son indépendance idéologique de toute la masse. Cette réflexion ne m’est venue que bien plus tard mais je peux considérer Blaise comme l’une des sources de ma volonté d’indépendance et de différence. Entre autre Claude PONTI est aussi à l’origine de ma passion pour la BD tant j’ai été ému par son dessin franc et plein d’humour.

    Le Jour du Mange-poussin m’a vraiment impressionné et en écrivant ce texte, je ne peux cesser de penser à l’émotion qu’a provoquée ce livre en moi. Aujourd’hui encore, je cherche en vain le livre qui pourra remplacer cet ouvrage, mais une telle expérience ne se vit-elle pas qu’une seule et unique fois ?

    Dimitri DESMOTS, L1 HSI, Langues et Culture Antiques

    Forum de l'article : 4 contribution(s) au forum

    Dépucelage littéraire, par Dimitri Desmots, 18 novembre 2007
    claude ponti es un faiseur de rêves j’ai 19 ans mais je continue a collectionner ses ouvrages qui sont d’une richesse incroyable et d’une imagination a faire palir tout les apprentis ecrivain pour le jeunesse cet homme est extraordinnaire merci de le faire connaitre a travers votre article merci alice etudiante a lyon 2
    Dépucelage littéraire, par Dimitri Desmots, par tes amis de hsi qui ne t’ont pas oublié !, 31 janvier 2008
    nous sommes en cours avec mme Debuchy et nous parlons de ton article que nous avons trouvé sur le site a propos de Claude Ponti. Nous te souhaitons une bonne continuation ! Donne nous de tes nouvelles.
    Dépucelage littéraire, par Dimitri Desmots, par Desmots Dimitri, 9 mars 2008

    Yo les amis de HSI !! Ça fait vraiment plaisir tout cela ! Comment vont les cours ? Je suis sincèrement désolé de n’avoir pu continuer les cours mais suite a de mauvaises indications, j’ai raté les examens. La couardise et surtout la connerie m’a donc empêché de revenir mais je vais bien. Même très bien ! Bon ok, le travail, ça craint et les études c’est plus doux comme traitement alors ne répétez en aucun cas ma bêtise. En tout cas, la fac était une bonne expérience ! J’ai beaucoup apprécié ! ^^ Bonne continuation à toutes et a tous(Ça c’est pour Michaël qui est le petit village gaulois à avoir résisté a la marée de jeunes femmes de la classe !! Je vous le dis : trop de femmes tue la femme ! ^^) En tout cas Ciao !!!

    PS : l’édition jeunesse était mon cour préféré !! smiley

    Dépucelage littéraire, par Dimitri Desmots, 30 mars 2008
    Merci pour ton message ! Tu reviens chez nous, tu reviens nous voir quand tu veux !!! smiley
    Retour au début des forums