Site littérature jeunesse de lille 3

Les désillusions de l’enfance, par Oxymuse

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Quand j’étais petite, j’allais dormir une grande partie de semaine chez mes grands-parents. J’aimais beaucoup ma chambre chez eux avec le lit en métal qui grinçait parce qu’il avait été utilisé par plus d’une génération de petites filles et à côté une bibliothèque d’où débordaient les livres. C’est dans cette bibliothèque que ma grand-mère allait piocher l’histoire du soir et c’est ainsi que j’ai découvert l’histoire de Peau d’Âne.

    (JPG)

    En ce temps-là l’histoire de Peau d’Âne me parlait beaucoup car j’adorais me fabriquer des vêtements avec tout ce je dénichais (drap, vieux rideaux, vêtements et tissus d’un autre temps), de vraies petites robes de princesse à l’image de celle de Peau d’Âne : couleur de ciel, couleur de lune et couleur de soleil.

    Quand on s’ennuie à mourir seul cela fait du bien quand on est petite de retrouver dans un conte de fée (je suis bien sure de n’avoir été la seule petite fille dans ce cas).

    Malheureusement on ne reste pas très longtemps avec nos innocentes illusions d’enfants. Il faut bien un moment ou à un autre s’en détacher, on y est obligé. Pour le moment où j’ai vraiment compris que je devenais adulte c’était l’an dernier en terminale littéraire où nous avons étudié les contes de Perrault et fatalement aussi celui de Peau d’Àne. Nous avons vu les sens caché du texte qui était hélas bien différent de ce que j’avais compris étant enfant.

    © Oxymuse, L1 HSI, Langues et Culture Antiques