Site littérature jeunesse de lille 3

L’approche citoyenne dans le documentaire jeunesse chez Syros, Gallimard et Rue du Monde

Etude comparative de trois collections
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    L’approche citoyenne dans le documentaire jeunesse : étude comparative de trois collections chez Syros, Gallimard et Rue du Monde

    Notre objectif est d’analyser les approches différentes de trois éditeurs de documentaire jeunesse autour du thème de la citoyenneté. Nous avons choisi d’appliquer notre analyse à :

    -  Editions Rue du monde, pour la collection « les grands livre de... »

    -  Edition Syros, pour la collection « les cahiers citoyens »

    -  Editions Gallimard Jeunesse, pour la collection « citoyens en herbe »

    La grande différence entre ces trois collections se situe au niveau du degré documentaire. Les Editions Rue du Monde, pour « le grand livre des droits de l’enfant par exemple », se place totalement dans une approche documentaire du sujet, avec un rapport brut à la réalité, et l’utilisation abondante de photographies.

    Les Editions Syros ont choisi de s’appuyer sur un roman de la collection « mini citoyens » afin de réaliser un documentaire, qui permet de traiter un même sujet sous un angle différent, tout en répondant à certaines interrogations suscitées par la fiction. Le documentaire est indissociable de la lecture de la fiction, et constitue plutôt un accompagnement pédagogique dans le cadre d’un travail en classe.

    Enfin, les Editions Gallimard Jeunesse insèrent la fiction au sein du documentaire, en utilisant deux personnages fictifs du même âge que le lecteur. Ces personnages jouent le rôle de médiateur dans la lecture du documentaire.

    Evidemment, ce travail sur la fiction et le documentaire se traduit également dans la place et le travail de l’iconographie. Le choix des illustrations (au degré d’iconicité variable) ou de la photographie est très dépendant du type de discours adopté pour traiter un sujet.

    Tous ces éléments définissent un contrat de lecture, qui varie selon les collections, et que nous définirons précisément au sein de notre travail.

    Le produit multimédia que nous réaliserons dans le cadre de cette analyse sera constitué de :

    -  entretiens vidéos avec les différents représentants des éditions sur lesquelles reposent notre travail

    -  exercices interactifs sur le rapport texte/image, et le degré d’iconicité adopté en fonction des modalités de discours choisies

    -  des textes synthétiques rendant compte de notre analyse

    -  une bibliographie et sitographie utilisant l’hypertexte

    -  des images tirées des publications pour illustrer notre propos

    Christine Bonnaillie et Juliette Courcol,décembre 2005